A défaut de mesures, la pollution atmosphérique suscite des réactions

Le 14 mars 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La pollution aux particules PM10 au 14 mars (Prevair)
La pollution aux particules PM10 au 14 mars (Prevair)

Au lendemain d’un nouveau dépassement du seuil d’alerte, les niveaux de particules fines PM10 restent fortement élevés, ce 14 mars, sur une large partie nord du pays selon Prevair. Face à cette situation, les propositions ont fusé tout au long de la journée. Des plus farfelues aux plus sensées.

Pour l’heure, les mesures temporaires l’emportent sur les stratégies à long terme. Que ce soit la gratuité des transports en commun, en Ile-de-France, à Bordeaux, Caen, Grenoble, Lyon, Reims ou Rouen, ou encore la gratuité du stationnement résidentiel et des Velib’ à Paris, toutes visent à décourager momentanément les automobilistes de prendre leur voiture.

 

Des taxis moins chers à l’arrêt du travail

Du côté des propositions farfelues, le député socialiste de Saône-et-Loire Thomas Thévenoud a suggéré que les taxis proposent un tarif réduit à leurs clients. Idéal pour augmenter le trafic…

Les employés de l’association Agir pour l’environnement ont fait usage de leur droit de retrait, le 12 mars, alors que le seuil d’alerte de la pollution aux PM10 était dépassé en Ile-de-France. Au nom «d’un danger grave et imminent pour leur vie et leur santé», les salariés peuvent en effet arrêter leur travail ou quitter les lieux pour se mettre en sécurité. Ils en ont profité pour appeler l’ensemble des travailleurs les plus exposés (agents de circulation, éboueurs, livreurs, travailleurs de bâtiment) à suivre leur exemple.

Si la pollution atmosphérique n’est pas prise en compte par les entreprises françaises, c’est déjà le cas en Chine. Le groupe japonais Panasonic a en effet annoncé qu’il allait indemniser ses salariés expatriés en Chine,  «en raison de la teneur en particules fines PM2,5», a précisé le 13 mars un porte-parole.

 

Pour la circulation alternée, contre le diesel

Dans un communiqué, Europe Ecologie Les Verts a redemandé la mise en place de la circulation alternée, rendue possible depuis la loi LAURE de 1996 en cas de pic de pollution. Plus largement, EELV prône un changement de modèle de développement. Au programme: développement des transports en commun et conversion industrielle en faveur de véhicules propres.

Pour lutter contre la crise sanitaire liée à la pollution atmosphérique, le sénateur écologiste Ronan Dantec (Loire-Atlantique) propose plus spécifiquement «un malus élargi sur les moyennes cylindrées finançant un bonus sur les petites cylindrées essence». Il ajoute «une taxation sur le diesel finançant une prime à la casse ainsi que le renouvellement des véhicules diesel des ménages modestes». Il n’oublie pas non plus l’éco-taxe, rappelant une proposition émise en novembre dernier: affecter 100 millions d’euros à la modernisation du transport routier français (une mesure déjà en vigueur en Allemagne). A condition, bien sûr, que la taxe sur les poids lourds soit enfin appliquée dans l’Hexagone.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus