A Bourges, des ondes sous haute surveillance

Le 26 juin 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les ondes électromagnétiques font peur. Pour preuve, un blog hébergé sur le site du journal le Monde et intitulé: «Tous grillés par les ondes?».

La peur est bien réelle mais le risque est-il avéré? Mis à part les effets thermiques démontrés, les scientifiques n’ont pas tranché sur les effets à long terme d’une exposition répétée aux ondes électromagnétiques. En attendant, les pouvoirs publics doivent gérer les craintes des citoyens. La ville de Bourges dont le maire est Serge Lepeltier, ancien ministre de l’environnement, a décidé de mener une expérience en mettant en place, depuis décembre 2010, un observatoire des ondes électromagnétiques.

Cet observatoire a pour but d’informer et de répondre aux inquiétudes des Berruyers, en réalisant des mesures d’ondes chez les particuliers et en priorité chez ceux qui habitent à proximité d’antennes-relais. «Avec l’installation des antennes-relais, une certaine phobie s’est installée en ville», explique Philippe Bensac, maire adjoint aux nouvelles technologies. L’élu souligne la contradiction entre une population qui veut une chose et son contraire: capter le téléphone dans toutes les pièces de la maison mais en se protégeant d’éventuels effets sur leur santé. «Cela devient un problème de politique locale», complète-t-il.

Pour connaître l’évolution du «bain d’ondes», que ce soit à l’extérieur comme à l’intérieur des habitations, la ville de Bourges a donc acquis deux dosimètres, fournis par une société française -Microwave Vision-, qui mesurent les niveaux de 14 fréquences différentes dont la radio (FM), la téléphonie mobile, la téléphonie sans fil (Dect), la wifi et les réseaux des services d’urgence (pompiers, police).

Déjà une soixantaine de bâtiments municipaux ont été évalués par ce dosimètre simple à manipuler, toutes les installations accueillant des enfants mais aussi la mairie, les musées, les bibliothèques. Une soixantaine de particuliers ont demandé la réalisation de mesures chez eux.

Les résultats sont ensuite restitués la semaine suivant la campagne. «Les mesures ne sont pas certifiées mais réalisées à titre informatif», explique Anne Paepegaey, chargée de mission à la ville de Bourges. «Il s’agit de mesures plus simples et plus rapides que les mesures Cofrac (Comité français d’accréditation) qui, elles, sont certifiées

Résultat, les dosimètres ont généralement relevé plus d’ondes à l’extérieur qu’à l’intérieur. Dans les habitations, alors que la wifi et la Dect sont les plus couramment détectés, ce dernier est le plus gros émetteur d’ondes électromagnétiques. Et les pics d’ondes correspondent, logiquement, aux appels émis ou reçus, à l’envoi des SMS. L’observatoire conclut que «les ondes perçues sont largement situées en dessous des seuils autorisés». Les valeurs-seuils étant de 41 volts par mètre pour la 2G (GSM900) et de 61 V/m pour la 3G (UMTS).

Qui finance cet observatoire? Pour l’instant, il s’agit de la commune. Mais en septembre 2011, le conseil municipal a pris deux décisions importantes. Il s’agissait à la fois de limiter les contrats de location aux opérateurs à une période de trois ans, mais aussi de relever à 15.000 euros les loyers pour l’installation d’antennes-relais sur les bâtiments publics. «Nous fournissons plus de service aux citoyens, c’est donc aux opérateurs de financer ces services», explique l’adjoint au maire aux nouvelles technologies. Pour l’instant, les opérateurs ne sont pas prêts à payer de telles sommes, mais le maire reste déterminé. «Nous voulons obliger les opérateurs de téléphonie à la co-localisation sur des sites plus distants et multi-émetteurs», complète Philippe Bensac.

Bourges se prépare à une nouvelle révolution, celle de la fibre optique. Son déploiement dans la ville est prévu pour début 2013. Une stratégie décidée en 2008 et qui devrait résoudre une partie du problème de ces ondes tant décriées.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus