A Arcachon, coquillages et crustacés abandonnés

Le 13 avril 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email


Les huîtres et les coquillages du bassin d’Arcachon viennent d’être interdits à la consommation, de façon temporaire, en raison de la présence de toxines, selon un communiqué de la préfecture de la Gironde en date du 12 avril.

Les résultats des analyses, effectués en début de semaine par le réseau de surveillance de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), révèlent, en effet, des quantités de cellules de Dinophysis (de la classe des dynophycées), supérieures au seuil de sécurité sanitaire, dans l’ensemble du bassin.

Selon l’Ifremer, les coquillages peuvent devenir toxiques quand Dinophysis est présent en très faible quantité dans l’eau, à savoir 500 cellules par litre (seuil d’alerte). Leur consommation entraîne notamment des troubles gastriques.

Par précaution, le préfet de Gironde, Patrick Stefanini, a décidé d’interdire «la pêche, le ramassage, le transport, la purification, le stockage, l’expédition, la distribution et la commercialisation des huîtres et des coquillages en vue de leur consommation».

De nouveaux prélèvements seront effectués par l’Ifremer le 16 avril. Dès que deux analyses successives confirmeront le retour à une bonne qualité sanitaire, le feu vert sera alors donné à la commercialisation.

Selon le président de la section conchylicole du bassin d’Arcachon, Olivier Laban, ce phénomène  est dû au réchauffement rapide des eaux. Il s’est déjà produit l’an dernier à la même époque et avait conduit à une interdiction de consommation des huîtres du banc d’Arguin pendant deux semaines.


POUR ALLER PLUS LOIN



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus