950.000 emplois verts en France

Le 15 juin 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les métiers verts ont progressé de 3,7% en 2008
Les métiers verts ont progressé de 3,7% en 2008

Les premières rencontres nationales de l’économie verte se sont déroulées le 14 juin à Paris en présence de la ministre de l’écologie et ont été l’occasion pour Nathalie Kosciusko-Morizet d’annoncer que 950.00 emplois verts avaient été comptabilisés en France en 2008.

Chef de projet éolien, diagnostiqueur immobilier, conseil en agriculture biologique, etc. De nouveaux métiers verts font leur apparition dans des secteurs qui recrutent. Les premières rencontres nationales de l’économie verte qui se sont tenues le 14 juin dernier ont été l’occasion de présenter les derniers chiffres des grandes tendances en matière d’emplois verts.

En 2008, les emplois de la croissance verte ont donc été évalués à 950.000 équivalents temps plein (ETP), dont 420.000 emplois dans les éco-activités et 530.000 dans les activités périphériques. «Le verdissement de notre économie est l’affaire de tous les secteurs économiques, de toutes les branches professionnelles, et il concerne tous les niveaux de compétences, des métiers manuels aux métiers d’ingénieurs et d’encadrement. Il concerne aussi bien l’industrie et les services que l’agriculture», a déclaré la ministre chargée de l’écologie lors son discours introductif.

Ces chiffres émanent d’un rapport de l’Observatoire national des emplois et des métiers liés à la croissance verte, un service animé par le Service de l’observation et des statistiques (SOeS) du Commissariat général au développement durable. L’objectif de cet observatoire, créé en 2010, est de comparer les méthodes et les chiffrages sur les emplois, les métiers et les formations de la croissance verte.

Comment sont comptabilisés ces emplois? Les activités de la croissante verte se divisent en deux grandes catégories. D’abord les éco-activités, catégorie qui comprend les métiers de la protection de l’environnement, la gestion des ressources naturelles, les activités transversales comme les services généraux publics, la R&D et l’ingénierie. La seconde catégorie concentre des activités plus périphériques incluant toutes les activités dont la finalité n’est pas environnementale, c’est-à-dire: la production et la distribution de l’eau, la gestion des espaces verts, les transports Grenelle (activités liées au ferroviaire) mais aussi les travaux d’isolation, la fabrication de certains produits industriels tels que les chaudières à condensation.

 
Selon le rapport de l’Observatoire, c’est la catégorie des éco-activités qui a le plus profité de la création d’emplois en 2008. La croissance est particulièrement visible dans les métiers de la protection de l’environnement et notamment la gestion du bruit (+7,2%) et celle de la nature, du paysage et de la biodiversité (+8,5%). Quant aux professions de la gestion des ressources naturelles, ce sont les énergies renouvelables qui bénéficient le plus de la croissance (+25,5%). En moyenne, l’emploi vert croit de 3,7% en 2008.
 
Côté production, le secteur du bruit connait logiquement une nette progression (+32,4%) en 2008, ainsi que le secteur de la nature, du paysage et de la biodiversité (+ 12,5%). A noter que le secteur des eaux usées n’est pas en reste, puisque la production a augmenté de 9,2% sur la même période.
Enfin, alors que les énergies renouvelables connaissent un bond dans la production de +42,1%, le domaine de la maitrise de l’énergie recule (-11,4%). Au total, la production verte aura donc augmenté de 7,8% en 2008.
 
Le rapport souligne une sur-représentation des ouvriers parmi les professions vertes, et donc des personnes faiblement diplômées (46% au total). A l’opposé, 25% des emplois des métiers verts sont occupés par des personnes diplômées du supérieur. La sur-représentation des ouvriers semble également expliquer la forte proportion des emplois verts occupés par des hommes (88%) et notamment dans la gestion des déchets.
 
Enfin, la part des personnes travaillant à temps partiel est trois fois plus faible dans les métiers verts que dans le reste de la population.
 
Il faut rappeler que 440 milliards d’euros d’investissements dans les emplois verts sont prévus d’ici 2020, dans les secteurs du logement, des transports, des énergies renouvelables et de l'agriculture. Il s’agit d’un des chantiers prioritaires du Grenelle de l'environnement.
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus