6 Français sur 10 exposés à un risque climatique

Le 21 janvier 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les inondations représentent le risque le plus couru
Les inondations représentent le risque le plus couru

Près de 29.000 communes sont touchées par au moins un aléa climatique, selon une note publiée par le Commissariat général au développement durable (CGDD).

Inondations, submersions marines, tempêtes, cyclones, glissements de terrain, érosion côtière, feux de forêt, avalanches… La carte des risques naturels majeurs d’origine climatique a toujours été variée en métropole et en outre-mer. Mais si la mortalité liée à ces risques restait modeste, le nombre d’évènements dommageables pour la population, les biens et l’environnent tend à s’accroître, observe le CGDD, qui est remonté jusqu’au début du XXe siècle.

Davantage d’inondations

Entre 1900 et 2017, 180 évènements climatiques ont ainsi généré des dommages en France. Dans deux tiers des cas, il s’agissait d’une inondation. Une situation qui résulte de l’urbanisation galopante dans les zones inondables et de l’essor des activités socio-économiques dans ces zones. 23.000 communes (64%) sont déclarées à risque inondation par les préfets. Soit plus de la moitié de la surface nationale.

Proportionnellement, les communes sont ensuite touchées par les mouvements de terrain (55%), les feux de forêt (19%) et les avalanches (2%). Un tiers d’entre elles cumulent par ailleurs deux aléas.

Vagues de chaleur mortelles

Moins nombreuses, les vagues de chaleur sont pourtant les plus mortelles, représentant 85% des victimes climatiques. Avec 15.000 décès au minimum, la canicule de 2003 y est bien sûr pour beaucoup.

4 fois plus d’évènements très graves

Plus de deux tiers des évènements sont classés comme «très graves» parce qu’ils sont provoqué au moins 10 morts ou plus de 30 millions d’euros de dommages matériels. Pire, leur fréquence annuelle a quadruplé au cours des deux dernières décennies par rapport aux quatre précédentes. Cette fréquence passe d’un évènement par an entre 1950 et 1996 à 3,6 entre 1997 et 2017.

6 Français sur 10

Au total, quatre cinquièmes des communes françaises sont concernées par au moins un aléa naturel de type climatique, exception faite des vagues de chaleur. Cela représente 28.657 municipalités, accueillant 6 Français sur 10.

Le CGDD, qui a classé les risques en 6 catégories, estiment que 15% de la population est touchée par un risque « très fort », 47% par un risque « fort », 6,5% par un risque « moyen », 20% par un risque « faible », 6% par un risque « très faible » et 5,5% seulement par un risque « nul ».