557 milliards de dollars de subventions

Le 09 juin 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Depuis longtemps, les subventions publiques à l’énergie sont dans la ligne de mire de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). L’institution basée à Paris leur reproche essentiellement de masquer le coût réel de l’usage de l’énergie, externalités (environnement, climat) comprises. Résultat : parce que le prix est artificiellement maintenu à des niveaux bas, les consommateurs et usagers n’ont pas tendance à économiser l’énergie.

 

Pour frapper les esprits, les économistes de l’AIE ont évalué le montant global des subventions publiques à l’énergie. Un montant considérable. Selon une note mise en ligne lundi 7 juin, les Etats ont consacré, en 2008, 557 milliards de dollars (466 milliards d’euros) pour soutenir la consommation des combustibles fossiles (gazole, essence, fioul, kérosène, gaz naturel, charbon, etc.). Un chiffre en progression de 63 % par rapport à 2007 !

 

L’Iran est sans nul doute le champion du monde des subventions aux carburants et combustibles. En 2008, Téhéran a consacré 110 milliards $ (92 milliards €) pour maintenir à des prix très bas le prix du litre d’essence. Une situation ubuesque pour l’un des principaux pays producteurs de pétrole, mais qui est aussi dépourvu de raffinerie.

 

Pour l’AIE, l’abandon de ces aides indues est l’une des principales armes dont disposent aujourd’hui les gouvernements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, diminuer le montant de leur facture énergétique et sécuriser leur approvisionnement. En imaginant que ces mécanismes soient progressivement supprimés d’ici 2020, les experts de l’agence estiment que la demande mondiale d’énergie primaire pourrait chuter de 5,8 % en 10 ans, soit l’équivalent de la consommation actuelle de l’Australie, de la Corée du Sud, du Japon et de la Nouvelle-Zélande. Convertie en barils de pétrole, l’économie serait de 6,5 millions de baril par jour, soit le tiers de la demande américaine. Last but not least, l’économie en émission de CO2 est évaluée par les experts parisiens à 2,4 milliards de tonnes par an, à l’horizon 2020.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus