50 % des projets de transport paneuropéens achevés fin 2013

Le 28 octobre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article

 

48 des 92 projets d'infrastructure prioritaires du programme européen RTE-T devraient être achevés fin 2013, a annoncé hier 27 octobre laCommission européenne, mais d’autres seront retardés, voire annulés, conséquence de la récession économique.

 

Ce premier examen à mi-parcours évalue l'état de financement et d'avancement de chaque grand projet d'infrastructure co-financé par Bruxelles.

 

Un délai supplémentaire de deux ans est accordé à 29 autres projets (31,5 %) «  crédibles », mais « confrontés à des difficultés liées à la crise économique ». 10 autres projets (10,9 %) ont bénéficié d'un délai supplémentaire jusqu'en 2015, moyennant une réduction du financement. C’est le cas notamment du projet de modernisation de l'axe ferroviaire Bruxelles-Luxembourg-Strasbourg, dont le financement initial de 27 millions d’euros est raboté de 3,5 millions. Mais aussi une section du réseau de navigation Seine-Escaut, entre Compiègne et Gand, qui se voit retirer 44 millions sur un total de plus de 420 millions €. En revanche les crédits de l’UE seront retirés pour 5 projets jugés non crédibles. «  Suite à ces analyses, environ 311 millions € seront libérés pour être réinjectés dans de nouveaux appels à proposition au titre du programme RTE-T en cours », précise l’exécutif européen.

 

Les 92 projets examinés correspondent à un investissement global de 32,6 milliards €, la contribution de l'UE s'élevant à 5,3 milliards €, soit environ les trois quarts du budget total de l’UE pour le RTE-T. Ce programme a été mis sur pied pour créer un réseau unique multimodal de corridors de transport en Europe. Les projets sont financés par les Etats membres et la Commission européenne (jusqu'à 30 % un projet, et 50 % pour une étude).

 

Les 92 projets incluent les 30 projets prioritaires, notamment l'axe ferroviaire à grande vitesse Paris-Bruxelles-Cologne-Amsterdam-Londres (PBKAL) et l'axe ferroviaire Gdansk-Varsovie-Brno/Bratislava-Vienne.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus