5.000 oies cendrées à abattre en février

Le 04 janvier 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'oie cendrée (Anser anser)
L'oie cendrée (Anser anser)
DR

Face à la prolifération des oies cendrées, le gouvernement souhaite étendre leur période de chasse par dérogation jusqu'au 28 février, dans un projet d’arrêté soumis à consultation depuis jeudi 3 janvier. Objectif, en abattre 5.000 au cours du mois de février.

Passé de 30.000 individus au milieu des années 1960 à 1,2 million en 2017 au niveau mondial, l’oie cendrée se porte bien. «Les dégâts agricoles sont de plus en plus importants, ce qui conduit notamment les Pays-Bas à détruire une partie importante de la population», rappelle le ministère de la transition écologique.

Dans un projet d’arrêté, en consultation jusqu’à vendredi 25 janvier, celui-ci propose d’en étendre la chasse jusqu’au 28 février, au lieu du 31 janvier, mais de manière «non récréationnelle». «Les prélèvements d’oies cendrées ne [pourront] être pratiqués qu’à partir de postes fixes matérialisés de main d’homme ou d’installations immatriculées pour la chasse de nuit», explique-t-il.

Deux autres espèces visées

A l’exception des deux départements alsaciens, ce sont 5.000 oies cendrées qui pourront être ‘prélevées’ sur l’ensemble du territoire national. Une fois ce plafond atteint –chaque prise devra être consignée sur une appli smartphone–, l’opération sera interrompue au niveau national, et tout prélèvement supplémentaire constituera une infraction.

Première en France, cette opération s’appliquera aussi à deux autres espèces d’oies, l’oie rieuse et l’oie des moissons, mais seulement jusqu’au 10 février –sans plafond de prélèvement.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus