4,5 milliards € pour des projets faibles en carbone

Le 09 novembre 2010 par Sabine Casalonga
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La Commission européenne a lancé ce mardi 9 novembre le premier appel d’offres pour un vaste programme d’investissement en faveur de projets de démonstration à faible intensité carbonique et de projets fondés sur les énergies renouvelables.

Pas moins de 8 projets axés sur des technologies de captage et de stockage du CO2 (CSC)[1] et de 34 autres projets liées aux énergies renouvelables[2] bénéficieront d’un soutien financier de l’UE. Baptisée NER 300, l’initiative vise « à stimuler en Europe le développement d’une économie faiblement émettrice de carbone, créant par là même de nouveaux métiers ’verts‘ et contribuant ainsi à la réalisation des objectifs ambitieux que l’Union européenne s’est fixés en matière de réponse au changement climatique », précise la Commission.

 « Grâce aux recettes de la vente des quotas d’émission de CO2, nous disposerons d’environ 4,5 milliards d’euros en faveur des technologies innovantes liées aux énergies renouvelables et des technologies de captage et de stockage du CO2 (CSC), a déclaré Connie Hedegaard, commissaire européenne chargée de l’action climatique. Si l’on y ajoute les contributions des promoteurs de projets et des Etats membres, l’enveloppe se monte à 9 milliards €. Cela pourrait bien être le coup de pouce dont l’Union européenne a besoin pour se maintenir au premier rang en matière de technologies douces pour le climat. »

Cette initiative - qui doit son nom à la vente de 300 millions de quotas d’émission disponibles dans la réserve destinés aux nouveaux entrants du système d’échange de droits d’émission (ETS) de l’UE (environ 4,5 milliards € au prix actuel du marché) -, financera jusqu’à 50 % des coûts.

Entre un et trois projets par Etat membre pourra bénéficier de ces aides. Le financement NER300 peut être combiné avec d’autres aides de l’UE, notamment des Fonds structurels et du Fonds de cohésion, ainsi que du programme énergétique européen pour la relance (Peer).

La Banque européenne d’investissement (BEI) sera chargée de la vente des quotas d’émission d’ici le 1er janvier 2013, ainsi que de l’évaluation financière et technique des propositions de projets. Celles-ci devront être soumises par les entreprises dans les 3 mois à l’échelon national. Les Etats membres disposent de 6 mois à compter du lancement de l’appel d’offres pour transmettre à la BEI les candidatures présélectionnées.

 



[1] 1 à 3 projets de captage de CO2 ; 3 projets au minimum utilisant les aquifères salins pour le stockage du CO2 et 3 projets au minimum utilisant à cet effet les anciens gisements d’hydrocarbures.

 

[2] 9 projets sur la bioénergie, 5 sur l’énergie solaire concentrée, 3 sur l’énergie solaire photovoltaïque, 6 sur l’énergie éolienne, 4 sur la géothermie et 3 sur l’énergie océanique, 1 sur l’énergie hydroélectrique et 3 sur les réseaux intelligents.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus