3 Suisses: bilan négatif sur les transports

Le 23 mai 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
rail route
rail route

Le groupe de vente par correspondance les 3 Suisses a lancé des initiatives pour réduire de 25% les émissions de CO2 dues à ses transports. Mais dix ans après, le résultat ne dépasse pas 5%. Et pour cause, 3 Suisses a été confronté à des aléas bien décourageants.

Voici près de dix ans, en 2006, le groupe 3 Suisses s'était donné comme objectif de réduire de 25% ses émissions de CO2 en jouant sur trois axes: la constitution d'un transfert modal rail-route, l'utilisation de véhicules roulant avec des carburants alternatifs et un meilleur remplissage des camions livrant les colis. Mais le bilan n'est pas à la hauteur des espérances puisque l'entreprise n'est parvenue qu'à une baisse de 5% de ses émissions, notamment en raison de l'échec patent de ses deux premières solutions.

En 1997 et pendant 18 mois, 3 Suisses a essayé le transfert modal rail-route sur la ligne Lille (1)-Avignon pour alimenter sa plate-forme de Marseille, pour les colis non-urgents. Le coût des trajets était similaire à celui du transport routier, comme le temps de livraison, soit une douzaine d'heures. « C'est dommage quand on pense que les trains roulent à 160 km/ heure et les camions seulement à 90!», commente Rémy Souchon, chargé de mission chez 3 Suisses. En fait, le transfert modal a été régulièrement saturé par les difficultés techniques de la SNCF mais aussi les problèmes sociaux. «Le transfert ne fonctionnait en moyenne que quatre jours sur cinq et ce, malgré la grande transparence et la coopération de la SNCF qui faisait des points mensuels sur notre opération», explique Rémy Souchon.

L'expérimentation s'est donc révélée un échec et a été abandonnée. Le groupe en a tout de même profité pour formuler des recommandations auprès du Conseil supérieur du service public ferroviaire (CSSPF) comme la création d'un fonds de garantie. «Il permettrait d'avoir des garanties identiques à la route en cas de retard des livraisons. En effet, pour tout retard, nous remboursons les frais de livraison à nos clients. De plus, mettre la main au portefeuille constitue le plus sûr moyen de motiver le personnel», assure le chargé de mission. Autres propositions d'amélioration: avoir des wagons plus adaptés aux marchandises pour une rationalisation de la place et des quais adaptés à la longueur des trains de fret. «Si les marchandises d'un même train n'étaient pas débarquées en deux ou trois fois, on pourrait gagner une heure», poursuit Rémy Souchon.

Sur le transfert modal, le gain sur les émissions de CO2 a été nul, tout comme le choix de véhicules utilisant des carburants alternatifs. Les utilitaires électriques n'ont pas tenu leurs promesses en termes de kilométrage: «Nous avions soi-disant des batteries avec une autonomie de 100 kilomètres, mais nous ne dépassions pas 60 kilomètres et pour faire une tournée c'est bien trop juste», regrette Rémy Souchon. Autre véhicule, autre difficulté: un camion au gaz naturel pour véhicule (GNV), premier du type en France en 1998, avait une boîte de vitesse qui ne s'accommodait pas aux trajets urbains. De plus, le moteur, prototype des Etats-Unis, réclamait du gaz enrichi et non du gaz pauvre comme on en trouve dans le nord de la France. Actuellement, seule une petite dizaine de véhicules au GPL roulent encore pour les 3 Suisses.

Le meilleur remplissage des véhicules a été la seule mesure efficace pour réduire les émissions de CO2, mais pas dans les proportions attendues. La réorganisation du transport depuis un site central, au lieu de départs depuis différents sites, devait permettre d'atteindre un tiers des 25% de réduction. Mais elle a seulement permis une baisse de 5%. Une politique efficace de développement durable ne dépend pas de la seule volonté des industriels. Le groupe ne désarme pas pour autant. Rémy Souchon note avec satisfaction que la signature du protocole de Kyoto et la montée du baril de pétrole devraient entraîner la recherche d'autres solutions.



(1) Les entrepôts des 3 Suisses se trouvent dans le nord de la France.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus