25 millions de déplacés environnementaux en 2019

Le 28 avril 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En bleu les déplacements liés à des catastrophes climatiques
En bleu les déplacements liés à des catastrophes climatiques

Les catastrophes climatiques ont généré près de 25 millions de déplacements en 2019, selon le rapport publié ce 28 avril par le Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC).

L’an dernier, 1.900 catastrophes ont forcé 24,9 millions de personnes à quitter leur foyer. Selon l’IDMC, 2019 rejoint ainsi la liste des années noires aux côtés de 2010 (42,4 M) et 2012 (30,1M). Ces nouveaux déplacés à cause d’une catastrophe ont été trois fois plus nombreux que les déplacés liés aux conflits et aux violences (8,5M en 2019).

Cyclones et ouragans

La grande majorité de ces déplacements est due à des évènements climatiques extrêmes (23,9M), dont le cyclone Fani en Inde et au Bangladesh, les cyclones Kenneth et Idai au Mozambique, et l’ouragan Dorian aux Bahamas, le reste étant lié à des séismes ou à des éruptions volcaniques.

Asie et Pacifique

L’Inde est le pays le plus touché (5M), suivi par les Philippines (4M), le Bangladesh (4M), la Chine (4M) et les Etats-Unis (916.000). Globalement, les populations les plus frappées vivent en Asie de l’Est, du Sud, et dans le Pacifique. Moins touchées, l’Europe et l’Asie centrale ont enregistré 101.000 déplacements.

Déplacés historiques

Tous ces nouveaux déplacés s’ajoutent aux 5,1 M de personnes qui vivent toujours loin de chez eux, dans 95 territoires, à cause d’une catastrophe. Dont les Afghans qui ont fui sécheresses et inondations au cours des dernières années.

Déplacements préventifs

L’IDMC déplore que les pays à la recherche de solutions pour gérer et mettre fin à ces déplacements n’aient aucun référentiel sur lequel s’appuyer. Une note positive toutefois: des évacuations préventives ont été réalisées en 2019 dans plusieurs pays d’Asie. Ce qui a permis de sauver des vies.

Les déplacés du SRAS-CoV-2 / Il faudra s’attendre à de mauvais chiffres en 2020, Covid-19 oblige. Des millions de citadins ont en effet fui les grandes métropoles pour rejoindre leurs villages lorsque le confinement a été prononcé. Ce qui a conduit à des mouvements de population inédits, provenant cette fois-ci des grandes villes des pays industrialisés. Cette crise sanitaire va aussi provoquer de nombreux déplacements pour des raisons économiques. Par ailleurs, la Covid-19 fragilise un peu plus les personnes déjà déplacées, qui vivent dans des camps.