25 ans après, l’Alaska porte encore les marques de l’Exxon Valdez

Le 26 mars 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La baie du Prince-William, où l'Exxon Valdez a fait naufrage le 24 mars 1989
La baie du Prince-William, où l'Exxon Valdez a fait naufrage le 24 mars 1989

Le 24 mars 1989, le superpétrolier américain Exxon Valdez faisait naufrage au large de l’Alaska, déversant 200 millions de litres de pétrole brut, soit 125 piscines olympiques, sur plus de 7.000 kilomètres carrés. 25 ans plus tard, ses traces sont toujours là.

L’Alaska ne s’en est jamais remise. «Aujourd’hui encore, il reste beaucoup d’amertume», déclare à l’AFP Steve Rotchild, de l’association de surveillance des hydrocarbures de la baie du Prince-William. Les riverains sont toujours en colère contre la Major, «parce qu’elle n’a pas entièrement réparé les dommages subis». Condamné dans un premier temps à verser 5 milliards de dollars (3,6 Md€) de dommages-intérêts à 32.000 riverains et pêcheurs, le géant pétrolier s’en est finalement tiré avec une facture 10 fois moindre -500 M$ ou 360 M€- suite à un arrêt de la Cour suprême en juin 2008.

 

Du pétrole sous les pieds

 

Avec des poches de pétrole au détour des criques, la nature a aussi gardé des stigmates. Une étude menée en 2010 par ExxonMobil a montré que des traces d’hydrocarbures étaient toujours présentes sur une cinquantaine de plages. «Certaines côtes rocheuses s’avèrent difficiles à nettoyer. C’est pourquoi les hydrocarbures peuvent persister pendant des dizaines d’années», explique Gay Irvine, du service américain d’études géologiques (US Geological Survey). «Vous pouvez creuser un trou et trouver du pétrole liquide», complète Jeep Rice, un ancien chercheur de la National oceanic and atmospheric administration (NOAA).

 

Le pétrole déversé a par ailleurs tué au moins 250.000 oiseaux de mer, 2.800 loutres de mer, 300 phoques, 22 orques, selon l’ONG Oceana… Quatre étés consécutifs ont été nécessaires pour procéder au nettoyage de la côte. Dernier changement: les pétroliers longeant la baie doivent désormais disposer d’une double coque et être escortés par au moins deux remorqueurs.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus