24 heures tout en bio

Le 20 décembre 2011 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon une étude réalisée par Générations futures et Fytolab, publiée aujourd’hui 20 décembre, les aliments bio comportent infiniment moins de résidus de pesticides que les autres.

 
Pour mener son enquête, l’association a composé les 4 repas d’une journée, qui ne sont pas forcément représentatifs de l’alimentation française mais qui ciblent les fruits, les légumes et les céréales. Au menu: pain de mie, jus de raisin et pommes pour le petit-déjeuner. Laitue, tomates, haricots verts, raisins et baguette pour le déjeuner. Un smoothie à la fraise au goûter. Et pour le dîner: salade mélangée, riz thaï, citrons, clémentines et pain entier. Elle a ensuite décidé de comparer les résidus de pesticides entre des aliments conventionnels et bio.
 
Les analyses ont été effectuées par le laboratoire belge Fytolab, certifié par plusieurs institutions comme l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire belge ou la Direction générale de l’alimentation française.
 
Le match est gagné par la bio, qui révèle des teneurs de pesticides 223 fois inférieures aux autres. Concrètement, les résidus ont pesé 6,027 milligrammes pour les repas classiques et 0,027 mg pour les bio.
 
Le piperonyl butoxyde est le seul résidu de pesticide, suspecté d’être cancérigène ou de perturber de système endocrinien, à avoir été détecté dans les aliments bio observés. Il a été trouvé dans le pain complet et la baguette. 27 molécules également cancérigènes ont en revanche été identifiées dans les aliments traditionnels (chaque aliment contenait au moins une molécule) (1).
 
Générations futures, qui conclut au succès de la bio, demande toutefois que le piperonyl butoxyde ne soit plus autorisé dans l’agriculture biologique. Ce synergisant est actuellement utilisé pour nettoyer les lieux de stockage des céréales.
 
L’an dernier, l’association avait passé à la loupe les repas-types d’un enfant de 10 ans pendant 24 heures. L’étude, publiée en décembre, ne s’était pas focalisée sur les résidus de pesticides mais sur plusieurs substances chimiques. Elle en avait compté 128 dont 36 pesticides différents et 17 éléments cancérigènes ou perturbateurs endocriniens.
 
 
(1) http://www.menustoxiques.fr/pdf/doc_menubio_151211.pdf


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus