22% des travailleurs européens souffrent de stress au travail

Le 07 septembre 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le stress au travail est fréquent en Europe, selon les conclusions d’un rapport de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (Osha) publié mardi 1er septembre (1).

Les travailleurs européens placent le stress en seconde position des risques professionnels après les troubles musculo-squelettiques (TMS). En 2005, 22% des travailleurs de l’UE-27 ont rapporté vivre une situation de stress. Ce pourcentage était toutefois encore plus élevé (28%) selon l’enquête réalisée en 2000 dans l’UE-15 . En 2005, les taux les plus élevés de stress professionnel ont été recensés en Grèce (55%), en Slovénie (38%) et en Suède (38%) et les taux les plus faibles au Royaume-Uni (12%), Allemagne, Irlande et Pays-Bas (16%) ainsi qu’en France (18%). A rebours des préjugés, les hommes (23%) étaient davantage concernés par le stress que les femmes (20%). Les secteurs les plus touchés sont l’éducation, la santé, l’agriculture et la pêche.

«Le monde changeant du travail entraîne des demandes plus importantes pour le salarié; (…) le besoin plus élevé de flexibilité (…), le recours aux contrats temporaires, une insécurité professionnelle accrue, davantage de pression et de charges de travail, sont des facteurs contribuant à générer le stress au travail. Les études suggèrent que le stress est responsable de 50 à 60% du total des journées de travail ‘perdues’. Cela représente un coût énorme en termes humains et économiques», souligne Jukka Takala, directeur de l’Osha en introduction du rapport. En 2002, le coût économique annuel associé au stress au travail dans l’UE-15 a été estimé à 20 milliards d’euros.

(1) «OSH in figures: stress at work — facts and figures», rapport de l’Osha


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus