2012, année meurtrière pour la défense de l’environnement

Le 15 avril 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
le rapport de l'ONG Global Witness est publié 25 ans après l'assassinat du militant brésilien Chico Mendes
le rapport de l'ONG Global Witness est publié 25 ans après l'assassinat du militant brésilien Chico Mendes
? Miranda Smith

Au moins 147 défenseurs de l’environnement ont été tués en 2012 dans 14 pays. Ce bilan funeste est issu du rapport «Deadly environment», publié ce 15 avril par l’ONG britannique Global Witness.

Alors que la pression sur les ressources naturelles s’intensifie à travers le monde, le nombre d’assassinats de personnes protégeant l’environnement ou leur accès aux terres a quasiment triplé en 10 ans.

Entre 2002 et 2013, 908 personnes ont trouvé la mort en raison de leur engagement, l’Amérique latine et l’Asie du Sud-est représentant les zones les plus dangereuses. 448 défenseurs de l’environnement ont été assassinés au Brésil (défense de droits fonciers et protection de terres contre l’exploitation industrielle), 109 au Honduras, et 67 aux Philippines (défense de l’environnement contre les projets miniers)…

L’impunité de ces crimes reste par ailleurs généralisée puisque seulement 10 personnes ont été inquiétées pour ces meurtres.

«2012, année du sommet de Rio, a aussi été l’année la plus meurtrière pour la protection de l’environnement. Alors que les gouvernements pinaillent sur de nouveaux engagements internationaux, de nombreux citoyens mettent concrètement leur vie en danger», rappelle Andrew Simms, analyste à Global Witness et chercheur à la New Economics Foundation.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus