2009 : une mauvaise année pour la sûreté nucléaire

Le 04 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L’Institut de protection et de sûreté nucléaire (IRSN) a publié, aujourd’hui mardi 4 janvier, son appréciation de « la sûreté du parc électronucléaire français en 2009 ». Annuel, ce bilan s’intéresse à l’exploitation, au sens le plus large, des 19 centrales nucléaires : de la conduite des réacteurs aux opérations d’arrêt de tranche, en passant par le contrôle de soudure des tuyauteries.

 

Pour l’IRSN, l’année 2009 n’est pas l’une des meilleures qu’ait connues le parc exploité par EDF. « Avec 713 événements, le nombre d’événements significatifs pour la sûreté (ESS) constatés sur le parc de réacteurs durant l’année 2009 est plus important que celui de 2008 d’environ 14 %. Hormis l’année 2008, le nombre annuel d’ESS du parc est en constante augmentation depuis l’année 2005. Parmi ces événements, 95 ont été classés au niveau 1 de l’échelle internationale Ines (contre 72 en 2008 et 55 en 2007). Il faut souligner également le classement au niveau 2 de l’échelle Ines de l’incident survenu le 2 décembre 2009 sur le site de Cruas (perte de la ‘ source’ froide du réacteur). »

 

Ce décompte ne reflète pas les efforts fournis par EDF pour améliorer la rigueur d’exploitation des centrales et le lancement de plusieurs plans d’action, reconnaît l’IRSN.

 

Sur le plan de la gravité des incidents, le bras technique de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) note d’ailleurs qu’aucun incident n’a eu de conséquence importante pour l’état de l’installation, l’environnement, la santé des travailleurs et de la population.

 

Deux phénomènes sont montrés du doigt par les experts de l’IRSN pour expliquer une telle contre-performance. D’une part, la complexification de l’exploitation. « La complexification et la constante évolution des installations et des règles d’exploitation, ainsi que les contraintes organisationnelles fortes qui pèsent sur le personnel d’exploitation, notamment lors des chantiers associés aux ‘arrêts de tranche’, sont des facteurs identifiés de contribution aux événements de sûreté ou de radioprotection survenant dans les centrales nucléaires », écrivent les auteurs. Lesquels évoquent aussi la pression subie par les exploitants pour accroître la disponibilité des tranches.

 

D’autre part, l’IRSN regrette des « défauts en matière de qualité des interventions de maintenance, dont les causes peuvent être diverses : une préparation insuffisante d'interventions, une réalisation incorrecte ou des contrôles défaillants. »

 

Malgré la découverte d’anomalies affectant l’installation (défauts de maintenance) ou certains matériels (fissures circulaires dans la paroi externe des tubes d'un générateur de vapeur du réacteur n°3 de la centrale de Bugey), le gros des incidents a une origine humaine. « Malgré les efforts de prévention réalisés, une très forte prépondérance du facteur humain (85 %) [est] à l’origine des incidents significatifs. »

 

Cela étant, l’exploitation progresse de manière significative dans la prévention des irradiations. En 2009, 100 événements significatifs concernant la radioprotection (contre 110 en 2008 et 114 en 2007) ont été déclarés par EDF, tous classés au niveau 0 à l’échelle internationale Ines. Seule exception : la surexposition d’un opérateur lors de tirs gammagraphiques dans le réacteur n°1 de la centrale de Flamanville. Un événement classé au niveau 2.

 

« Il y a lieu de souligner que des progrès continuent d’être enregistrés en matière de radioprotection, avec une poursuite de la baisse de la dosimétrie individuelle ; toutefois, plusieurs incidents notables sont survenus, particulièrement lors d’opérations classiques de radiographie industrielle effectuées sur les chantiers de maintenance. En d’autres circonstances, de tels incidents auraient pu avoir de graves conséquences en termes d’irradiation accidentelle d’intervenants. »

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus