200.000 oiseaux marins capturés par accident chaque année

Le 02 octobre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
300 puffins des Baléares capturés chaque année en Méditerranée.
300 puffins des Baléares capturés chaque année en Méditerranée.
DR

La pêche européenne est responsable de la mort de quelque 200.000 oiseaux marins chaque année. Un constat qui tombe à quelques jours d’une réunion cruciale des députés européens, invités à se prononcer sur des mesures techniques pour limiter ces captures accidentelles.

Pris au piège des filets gorgés de poissons qu’ils convoitaient, accrochés aux hameçons cachés dans les appâts des palangres, 200.000 oiseaux marins se blessent, s’épuisent et finissent par mourir chaque année du fait de la pêche européenne. C’est la première fois que leur nombre a été évalué, grâce à un suivi mené depuis trois ans par la Seabird Task Force. Des conclusions publiées par BirdLife Europe à quelques jours de la tenue, les 9 et 10 octobre prochains, d’une réunion du Comité des pêches du Parlement européen.

Les oiseaux marins ont, entre autres spécificités, celle de vivre très longtemps. Leur maturité sexuelle est tardive et chaque nichée se limite à un ou deux œufs. Conséquence: la mortalité à l’âge adulte a des conséquences importantes sur la vitalité de l’espèce.

Un règlement indispensable

En jeu, un règlement proposé par la Commission européenne en 2016 destiné à établir une gestion efficace des pêches pour la conservation des ressources halieutiques et la protection des écosystèmes marins. «Ce règlement est indispensable pour atteindre les objectifs de la législation environnementale à l’échelle de l’Union et en assurer la cohérence, en particulier pour la directive Oiseaux, la directive Habitats-Faune-Flore et la directive-cadre sur la stratégie pour le milieu marin», ont plaidé une dizaine d’ONG européennes dans une lettre adressée au président de la commission Pêche du Parlement européen, Alain Cadec. Leur objectif: obtenir la mise en place de mesures techniques dans toutes les zones maritimes, afin de minimiser l’impact de la pêche sur les oiseaux et les mammifères marins et les tortues. Autant d’objectifs déjà poursuivis par le plan d’action sur les oiseaux marins en 2012 –resté lettre morte– et la politique commune de la pêche (PCP).

Recommandations techniques

C’est en 2014 qu’a été lancée la Seabird Task Force, sur le modèle de l’Albatros Task Force, née au mitan des années 2000 dans l’hémisphère Sud en réaction aux importantes prises accidentelles d’albatros et de pétrels. Car les pratiques des pêcheurs, ainsi que les circonstances dans lesquelles les oiseaux échouaient dans les filets, ou restaient accrochés aux hameçons, étaient obscures pour les naturalistes. Avec le concours des pêcheries d’Espagne et de Lituanie (la première est coutumière de la pêche à la palangre en Méditerranée, la seconde utilise des filets en mer Baltique), de nombreuses observations ont été réalisées à bord des bateaux, qui ont débouché sur des recommandations techniques –comme la signalisation des filets à l’aide de spots lumineux, la possibilité d’alourdir les filets ou de faire plonger plus rapidement les palangres, ou encore de privilégier la pêche de nuit. «Ces techniques n’ont pas vocation à être déployées toutes en même temps, précise Thierry Micol, le chef du service Etudes du patrimoine naturel à la LPO. Leur déploiement est fonction des spécificités de chaque pêcherie.»

Puffins des Baléares et canards plongeurs

L’accent a été mis sur des espèces en mauvais état de conservation, comme les puffins des Baléares, inscrits sur la liste des espèces en voie d’extinction, et plusieurs canards plongeurs pour la zone de la Baltique. «Les prises accessoires d’oiseaux marins sont une menace importante pour leur survie. (…) Ce travail fait la preuve qu’en introduisant, en testant et en assurant le suivi de solutions sur les bateaux en accord avec les pêcheurs, il est possible de résoudre ce problème tout en maintenant les activités de pêche», détaille Marguerite Tarzia, la responsable européenne de la conservation marine à BirdLife Europe.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus