20% de surpêche autorisée en Europe

Le 04 décembre 2015 par Hélène Huteau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'Europe parviendra-t-elle à atteindre la durabilité des stocks en 2020?
L'Europe parviendra-t-elle à atteindre la durabilité des stocks en 2020?

Ces 15 dernières années, les quotas de pêche ont été fixés 20% au-dessus des avis scientifiques, selon une étude de la New Economics Foundation (NEF).

Alors que les ministres de la pêche des Etats membres de l’Union européenne s’apprêtent à se réunir les 14 et 15 décembre, pour fixer les quotas de pêche pour l’année à venir, une étude de la revue scientifique Marine Policy, parue en novembre, montre que ces 15 dernières années, le conseil des ministres a systématiquement autorisé des quotas de pêche supérieurs aux recommandations des ingénieurs halieutes du Conseil international pour l’exploration des mers (Ciem) de 20% en moyenne. «On sacrifie les stocks au profit de causes socio-économiques de court terme» résume Stéphan Beaucher de la fondation PEW.

 

Balle dans le pied

Pourtant, une autre étude de la NEF, publiée en mars, montre qu’en retardant ainsi la reconstitution des stocks de pêche, l’UE se tire une balle dans le pied. En pratiquant une pêche durable, «l’UE pourrait augmenter ses captures de 2 millions de tonnes, dégager des revenus supplémentaires d’1,6 milliard d’euros et créer plus de 20.000 emplois» estiment les chercheurs.

 

Au lieu de cela, 7 quotas sur 10 dépassent les limites scientifiquement raisonnables. La France est particulièrement impliquée dans cette affaire car elle pêche beaucoup d’espèces différentes et négocie en moyenne «45 quotas au-dessus des niveaux recommandés chaque année», souligne l’étude. Ce sont l’Espagne, le Portugal et les Pays Bas les principaux Etats membres qui dépassent le plus les avis scientifiques par rapport à leur stocks (jusqu’à 37% de plus pour les deux premiers).

 

774 millions pour investir dans une pêche française durable
 
La Commission européenne a adopté un programme d’investissement de 774 millions d’euros en faveur de la pêche et de l’aquaculture française, dont 587 millions proviennent des fonds de l’UE. Ce programme opérationnel, adopté pour la période 2014-2020, vise à aider le pays à déployer la nouvelle politique commune de pêche. Les crédits ont vocation à la modernisation du secteur et une meilleure participation des producteurs dans la chaîne de valeur. Une attention particulière est accordée aux coûts supplémentaires supportés par les régions ultrapériphériques ? françaises. Les mesures visant à protéger les écosystèmes marins et la biodiversité sont privilégiées.

Des progrès pas assez rapides

Même si tous les Etats sans exception pratiquent ce dépassement, le point positif est qu’on observe une diminution des niveaux moyens de ces dépassements. Pas assez cependant pour atteindre le rendement maximal durable (RMD), qui correspond à un seuil de pêche ne nuisant pas à la reproduction des stocks. La politique commune de la pêche (PCP) revue en 2013 prévoit d’atteindre ce RMD en 2020. Pour cela, il est prévu pour la première fois d’établir des plans de gestion pluriannuel, qui permettraient la fin de la courte vue. Mais depuis juillet, les négociations sont bloquées entre le Parlement et le Conseil.

 

Les clefs: volonté politique et transparence

Le conseil des ministres de la pêche des 14 et 15 décembre va donc reprendre ses négociations de «marchands de tapis», comme les nomme Stephan Beaucher, pour les 12 mois à venir, avec dans la balance toutes sortes de considérations conjoncturelles autres qu’écologiques.

 

Pour Griffin Carpenter, modélisateur économique à la New Economics Foundation et co-auteur de l’article, les conditions d’une politique des pêches durable tiennent aussi à plus de transparence dans le processus de négociation entre les 28 membres, qui se fait pour l’instant à huis clos, contrairement d’ailleurs aux propres règles d’ouverture fixées par l’UE.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus