197 défenseurs de l’environnement tués l’an dernier

Le 05 février 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Efigenia Vasquez, journaliste radio colombienne, a été tuée lors d'une manifestation pour libérer la Terre Mère
Efigenia Vasquez, journaliste radio colombienne, a été tuée lors d'une manifestation pour libérer la Terre Mère

Selon les derniers chiffres de l’ONG Global Witness, diffusés le 2 février, 197 personnes ont trouvé la mort l’an dernier pour avoir défendu une cause environnementale ou tout simplement leur terre.

Quatre morts par semaine. Tel est le lourd bilan de la défense de l’environnement au niveau mondial, qui s’avère 4 fois plus important qu’en 2002.

La lutte contre une mine, une plantation, un projet d’infrastructure, ou des braconniers, peut coûter la vie dans certains pays, comme le rappelle avec effroi l’ONG britannique Global Witness.

 

Sanglante Amérique latine

L’Amérique latine abrite le plus grand nombre d’assassinats avec 46 morts au Brésil et 32 en Colombie, où les conflits fonciers sont de plus en plus nombreux, tandis que de nombreuses zones ne sont plus administrées depuis l’accord de paix de 2015 et le départ des guérilleros des Farc. Une journaliste de la radio colombienne, Efigenia Vasquez, a été assassinée alors qu’elle participait à une manifestation pour libérer «la Terre Mère».

Les Philippines représentent le pays d’Asie le plus dangereux pour la cause environnementale. 41 personnes y ont trouvé la mort l’an dernier.

15 militants ont par ailleurs été tués au Mexique et 13 en République démocratique du Congo. Dans ce pays africain, 4 gardes forestiers et un porteur ont été tués en juillet pour s’être opposés au braconnage d’espèces sauvages.

 

Echec politique

«Le rapport de Global Witness permet de mettre en lumière les facteurs de risques les plus importants, dont l’échec des gouvernements à protéger les défenseurs de l’environnement contre les menaces et les agressions. Il reste beaucoup à faire», a commenté John Knox, rapporteur spécial des Nations unies pour l’environnement et les droits de l’homme.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus