186 antennes-relais illégales sur les toits de Paris?

Le 15 décembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La mairie de Paris avait décidé le 17octobre dernier de suspendre toute nouvelle implantation d'antennes-relais sur les toits et bâtiments de la ville, après la rupture de la charte parisienne de téléphonie mobile due, selon elle, à des exigences inacceptables des opérateurs (voir JDLE).

Les opérateurs de téléphonie mobile occupent donc depuis les toits de Paris de façon illégale. C’est en tout cas le point de vue des associations qui suggèrent à la ville de leur demander de démonter les 186 antennes-relais présentes sur les toits.

Lors de la signature de la première charte parisienne de téléphonie mobile avec les opérateurs, en 2003, la durée des conventions d'occupation du domaine public avait été calquée sur celle de la charte. «Comme la charte, qui allait jusqu'à fin septembre, n'a pas été renouvelée, les opérateurs de téléphonie mobile occupent les toits sans droit ni titre», relèvent Agir pour l'environnement et Priartem dans un communiqué commun.

«Aujourd'hui, la ville doit non seulement continuer à refuser toute nouvelle installation, mais également obliger les opérateurs à démonter les 186 antennes-relais qui occupent illégalement les toits appartenant au patrimoine de la mairie de Paris», estiment les associations.

Elles soulignent que si la mairie veut inciter les opérateurs à revenir mieux disposés à la table des négociations, «celle-ci doit les mettre face aux conséquences de la stratégie de refus qu'ils ont adoptée depuis plusieurs mois».

Suite à la rupture des négociations, la ville de Paris avait décidé qu'elle ne donnerait aucune autorisation nouvelle d'occupation du domaine public. Mais le Conseil de Paris s'est prononcé mercredi 14 décembre pour la reprise des négociations.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus