15% des asthmes liés à une exposition professionnelle

Le 21 avril 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Selon une dépêche AFP datée d’aujourd’hui 21 avril, les allergies professionnelles représentent 15% des asthmes de l'adulte et pèsent lourd parmi les allergies respiratoires dont le nombre double tous les 10 ans, selon des pneumologues allergologues réunis depuis le 19 avril à Paris.
 
La rhinite allergique toucherait, selon les estimations, 6 à 9% des enfants, 11 à 27% des adolescents et 25 à 35% des adultes, et l'asthme, la manifestation la plus lourde de l'allergie respiratoire, 9% des enfants et 8% des adultes.
 
L'asthme est la maladie chronique de l'enfant la plus fréquente, a souligné jeudi Pascal Demoly, président de la Société française d'allergologie, à l'occasion du 6e congrès francophone d'allergologie. En France, il y aurait 1.500 à 2.000 décès par an liés à l'asthme, mais surtout chez les personnes âgées.
 
Si les pathologies allergiques ont en commun une sensibilité particulière largement d'origine génétique, les facteurs d'environnement jouent un rôle d'allergènes souvent difficiles à éviter.
 
Ce qui est le cas notamment dans le cadre professionnel, où les allergies respiratoires seraient sous diagnostiquées. Environ 15% des asthmes de l'adulte peuvent être attribués à l'environnement professionnel, à l'origine aussi de rhinites récidivantes.
 
Selon les allergologues, l'asthme, une hyperréactivité bronchique, est d'autant plus agressif que l'inhalation d'allergènes professionnels est prolongée, et continue souvent après l'exposition professionnelle.
 
Chaque année, selon Pierre Frimat, professeur du CHRU de Lille, 1.250 à 5.000 travailleurs seraient restés en bonne santé s'ils n'avaient pas été exposés à des produits à risque.
 
Les plus à la peine, selon Benoît Wallaert, pneumo-allergologue au CHU de Lille, sont les boulangers. Les farines qu'ils inhalent -et aussi les additifs et les contaminants- représentent 21,9% des allergènes professionnels de l'asthme. Suivent les isocyanates que l'on trouve dans les peintures (14%).
 
Il y a aussi le latex dans les gants des professions médicales, les aldéhydes des produits utilisés pour la désinfection, les persulfates alcalins des coiffeurs, voire, à un moindre degré, les poussières de bois et les animaux. La plupart de ces substances exposent aussi à des allergènes cutanés.
 
Pour prévenir ces allergies professionnelles, le port de gants ou de masques est préconisé. Des produits de décoloration sont présentés sous forme de pâtes au lieu de poudres très volatiles, note Pierre Frimat. Les gants en latex sont moins utilisés. Certains boulangers se servent de pétrins équipés d'un couvercle protecteur. L'allergie des boulangers est prise en charge comme maladie professionnelle.
 
Pour les allergologues, faute de pouvoir éviter les allergènes concernés, il n'y a d'autre possibilité que de fuir la source de l'allergie et de changer de métier.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus