15% de l’asthme serait d’origine professionnelle

Le 03 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
80% des asthmes professionnels ont une composante allergique
80% des asthmes professionnels ont une composante allergique

En France, plus de 15% des asthmes auraient une origine professionnelle. Selon l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), il s’agit de la maladie respiratoire la plus fréquente survenant pendant la vie professionnelle. Et elle affecte essentiellement les plus jeunes (37 ans en moyenne en France).

L’asthme est une maladie inflammatoire des voies aériennes provoquée par l’inhalation d’agents sensibilisants ou allergènes, sous forme de particules, d’aérosols liquides, de vapeurs ou de gaz présents dans l’environnement, mais aussi des substances irritantes ou corrosives.

On estime que plus de 80% des asthmes d’origine professionnelle ont une composante allergique. Les principaux allergènes responsables sont la farine, les isocyanates, les protéines du latex, les aldéhydes, les persulfates alcalins et les poussières de bois.

En outre, 5% des asthmes professionnels sont dus à des composants irritants et les 15% restants sont des cas atypiques dont l’origine demeure incertaine.

Quelles sont les professions les plus exposées? D’après les pourcentages de cas signalés à l’Observatoire national de l’asthme professionnel (Onap), les boulangers et pâtissiers (20% des cas), les peintres (8%), les coiffeurs (7%), les travailleurs du bois (5%) et les professions médicales et paramédicales (10%) font partie des professions à risque.

L’asthme survient généralement quand un procédé de travail libère dans l’atmosphère un aérosol facilement inhalable (poudre, brouillard, vapeurs, fumées), contenant des agents sensibilisants. Et pour certains allergènes, comme la farine, plus l’exposition est importante, plus le nombre de personnes souffrant d’allergie respiratoire, en milieu professionnel, augmente.

Les asthmes d’origine allergique apparaissent souvent après un certain délai d’exposition aux allergènes, allant de plusieurs jours à plusieurs années, mais aussi après chaque nouvelle exposition même à de très faibles concentrations.

L’INRS dans son communiqué estime que l’origine professionnelle de l’asthme peut être prouvée lorsqu’il existe un lien chronologique «entre l’activité professionnelle et la chute du débit expiratoire de pointe».

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus