13 solutions contre le bug de l’obsolescence programmée

Le 03 avril 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les entreprises sont invitées à prendre en compte les DEEE dès leur achat d'équipements informatiques
Les entreprises sont invitées à prendre en compte les DEEE dès leur achat d'équipements informatiques

La durée de vie d’un équipement électrique et électronique a été divisée par 3 en 20 ans. Un ordinateur acheté en 1985 durait 10,7 ans en moyenne. Un modèle daté de 2007 est jeté au bout de 2 ans et demi. Pour lutter contre ce phénomène, plus connu sous l’appellation d’obsolescence programmée, les professionnels regroupés au sein de l’Alliance Green IT (Agit) (1) proposent 13 mesures concrètes.

En proposant tout d’abord l’extension de la durée de garantie de ces produits (entre 5 et 7 ans), la solution de l’Agit va plus loin que la proposition de loi déposée en mars par le groupe écologiste du Sénat, qui table sur une garantie de 5 ans (voir JDLE).

Pendant cette période, la réparabilité doit être assurée par la mise à disposition de pièces détachées par les fabricants. Dans son document publié le 28 mars, l’Agit ajoute que d’autres acteurs doivent pouvoir offrir une extension supplémentaire de garantie.

De façon plus originale, les professionnels proposent de mobiliser d’autres publics que les constructeurs. A commencer par les loueurs, qui peuvent largement favoriser la deuxième vie des produits électriques et électroniques.

Il est donc proposé d’allonger la durée de la location financière aux entreprises et aux collectivités, qui s’élève au minimum à 2 ans, pour atteindre 4 ou 6 ans.

Les éditeurs de logiciels sont également incités à laisser plus longtemps leurs anciennes versions en téléchargement libre (une nouvelle version apparaît en moyenne tous les 2 ans) et à favoriser l’usage des anciennes versions de plates-formes, notamment des systèmes d’exploitation. Par ailleurs, l’ouverture des logiciels propriétaires au domaine public, à partir d’un certain nombre d’années, permettrait de continuer d’offrir une maintenance aux utilisateurs.

Du côté des utilisateurs, les administrateurs informatiques sont invités à entretenir le système d’exploitation pour éviter qu’il ne ralentisse. Il revient aux directeurs informatiques d’intégrer le coût caché du renouvellement dans leur calcul du coût total de possession des équipements. Les acheteurs, quant à eux, devraient ajouter la mise à jour matérielle dans les critères de leurs appels d’offre et intégrer la gestion des déchets (DEEE) dès leurs achats.

Enfin, les pouvoirs publics devraient réduire le seuil-plancher d’amortissement (de 500 euros à moins de 350 €) pour obliger toutes les entreprises à amortir leurs équipements informatiques ainsi que diffuser les bonnes pratiques de lutte contre l’obsolescence programmée.

(1)Alliance Green IT regroupe une trentaine de professionnels des technologies de l’information et de la communication (TIC)

http://www.alliancegreenit.org/images/travaux/Obsolescence%20programm%C3%A9e%20-%20quelles%20solutions%20-%20La%20position%20de%20l%27AGIT.pdf



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus