127 aires de protection marines pour les Britanniques, qui dit mieux?

Le 08 septembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une liste de 127 aires de protection marines a été proposée par le gouvernement britannique pour en faire des réserves naturelles.
Le périmètre autour de l’île de Wight, au sud de l’Angleterre, celui de l’archipel des Scilly, la plupart des estuaires, les îlots de la côte est, tout comme les coraux, les bancs de sables, tous ces sites entrent dans la liste.
 
La zone qualifiée de zone de conservation marine (MCZ, selon l’acronyme en anglais) s’étend au total sur une superficie de 37.000 km2, soit le double de la superficie du Pays de Galles. Près de la moitié des sites se situent sur la côte sud-ouest du Royaume-Uni et en Manche. Les Gallois et les Ecossais devraient, à leur tour, publier leur liste d’ici la fin de l’année.
 
L’un des porte-parole du projet MCZ explique à ce sujet: «Ces aires permettront de protéger à la fois la vie sauvage, les habitats, la géologie et la géomorphologie.» Le projet a abouti grâce à la réalisation de 2.500 entretiens et l’organisation de 155 réunions dans ce qui a été qualifié de «parlement du peuple».
 
Cependant, parmi les 127 sites proposés, seuls 20 seront «hautement protégés»: toute exploitation par l’industrie y serra bannie.
Environ la moitié des aires listées contiendront, à l’intérieur de leur zone, une partie «hautement protégée». L’industrie pétrolière, celle de l’éolien et les extracteurs de sable n’obtiendront qu’un accès limité à ces zones.
Enfin, seul 2% recevront une protection totale.
 
Les environnementalistes admettent avoir dû faire quelques concessions aux industriels pour obtenir un consensus sur le nom des 127 zones protégées. Il faut dire que le Royaume-Uni est la patrie de l’éolien offshore et qu’en 2011 pas moins de 101 éoliennes ont été installées au large des côtes britanniques. Et 937 sont en cours d’installation.
 
Selon l’association de protection marine (MCS selon l’acronyme en anglais), «nous étions désolés de devoir abandonner aux industriels des sites comme Farmborough-Helgoland, les falaises de craie du nord du Norfolk et les îles Farne».

Petite compensation pour les écologistes, d’autres sites remarquables, comme les aiguilles de l’île de Wight, ont été sélectionnés.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus