100% renouvelables, c’est possible

Le 27 octobre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les renouvelables peuvent rapidement produire toute l'énergie dont nous avons besoin.
Les renouvelables peuvent rapidement produire toute l'énergie dont nous avons besoin.
SIG

Non seulement les énergies renouvelables peuvent satisfaire tous nos besoins énergétiques, mais elles sont peut-être la clé de la stabilisation du réchauffement à 1,5°C. C’est le pari d’une équipe de l’université Stanford.

Il n’y a pas si longtemps encore, les ‘renouvelables’ (ENR) étaient condamnées à offrir un appoint énergétique aux sources d’énergie classiques: fossiles, hydraulique, biomasse et nucléaire. Les énergies vertes sont en passe de sortir de leur niche pour conquérir le monde énergétique.

Déjà 23%

D’ores et déjà, solaire, éolien, géothermie, hydraulique et autre méthanisation fournissent 23% de l’électricité mondiale. Taux qui pourrait atteindre les 28% dès 2021, notait l’Agence internationale de l’énergie dans son dernier rapport. Plus globalement, les énergies vertes fournissent 19,2% de l’énergie finale mondiale, contre 78,3% pour les fossiles et 2,5% pour le nucléaire. Or les potentiels de développement sont considérables.

Giec et Ademe

En 2011, le Giec[1] avait estimé, dans un rapport spécial, qu’à très long terme les ENR pourraient satisfaire l’intégralité des besoins en énergie de l’humanité. Cela pourrait aller beaucoup plus vite. L’an passé, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) montrait, dans un scénario prospectif, que les ENR pouvaient produire la totalité de l’électricité consommée en France. A condition d’investir pendant une petite trentaine d’années.

Du climat à la transition

Et si c’était encore plus rapide et plus global? C’est le pari relevé par l’équipe de Mark Jacobson (université Stanford). Reconverti dans la transition énergétique, l’ancien climatologue vient de publier une feuille de route sur le déploiement des énergies renouvelables. Ce scénario s’appuie sur les capacités techniques et les infrastructures de 139 pays (dont la France). Conclusion: les énergies propres sont à même de fournir 80% de l’énergie dont nous avons besoin en 2030 et la totalité dès… 2050.

0,2% du territoire mondial

L’effort à fournir sera, certes, sans précédent. Mais pas irréaliste. Détaillons: 2,4 millions d’éoliennes (13.000 gigawatts électriques), 409.000 centrales à vagues (307 GW), 30.000 centrales houlomotrices (31 GWe), 2 milliards de centrales solaires (de toitures et au sol, pour une capacité totale de 32.000 GWc). Le tout agrémenté d’un peu de géothermie et de solaire thermique, de solaire à concentration pour le stockage et la gestion de la pointe. Le tout occupant 2 millions de kilomètres carrés (dont le tiers en mer), soit 0,2% du territoire revendiqué par les 139 pays étudiés.

Le bouquet énergétique imaginé pour la France par l’équipe de Mark Jacobson repose essentiellement sur le photovoltaïque (25,8%), l’éolien (57%) et le solaire thermodynamique (11,3%). Le solde étant apporté par l’hydraulique, la géothermie et les énergies marines.

Couplé à une politique de maîtrise de la demande et d’électrification des usages, les gains apportés par un tel mix énergétique sont immenses: création nette de 24 millions d’emplois, forte réduction de la mortalité et de la morbidité imputables aux pollutions de l’air. Sans oublier une chute vertigineuse du bilan carbone de l’humanité. Selon l’équipe de chercheurs, la mise en œuvre d’un tel programme permettrait, avec de grandes chances de réussite, de contenir le réchauffement sous la barre du 1,5°C. A condition d’agir vite. Très vite.

 



[1] Giec: Groupe international d’experts sur l’évolution du climat

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus