100 entreprises vont diminuer leurs déchets

Le 21 octobre 2004 par Loïc Chauveau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’Ademe lance l’opération "déchets –10%". Les entreprises sélectionnées ont deux ans devant elles pour réduire leurs volumes de déchets. Elles bénéficieront d’aides techniques et de conseils de bureaux d’études.

Les actions de communication et de soutien technique de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) en direction des entreprises ne sont pas nouvelles. Entre 1994 et 2004, l'agence a versé 7 millions d'euros aux Chambres de commerce et d'industrie (CCI) pour opérer 6.000 diagnostics environnement dans les entreprises. Les organismes consulaires ont embauché 80 chargés de mission pour remplir ces tâches: «Or, quand on débute un audit, le poste déchets émerge tout de suite car il est le plus évident à mesurer, explique Pierre-Olivier Viac, chargé de mission environnement à l'Assemblée française des CCI. Et c'est sur ce poste que les mesures à prendre sont les plus évidentes et les résultats les plus immédiats.» 23% des aides de l'Ademe ont été consacrées aux déchets dangereux ou banals. Elles seront reconduites le 15 novembre prochain avec la signature d'une nouvelle convention. "Déchets –10%" s'inscrit dans le cadre d'actions quotidiennes souvent peu visibles. L'opération se veut donc être une sensibilisation un peu spectaculaire à la problématique déchets. Les 100 entreprises ont été choisies pour la précision de leurs objectifs en matière de déchets et surtout la volonté d'impliquer les salariés dans une action de deux ans.

L'Ademe a également sélectionné des entreprises susceptibles de conduire des méthodes qui soient reproductibles pour l'ensemble du secteur: «Nous comptons beaucoup sur l'effet d'exemplarité pour diffuser des moyens de gestion innovants ou tout simplement entraîner des entreprises du même secteur à imiter les plus efficaces», assure Eric Darlot, ingénieur à l'Ademe. Les entreprises sont de toutes tailles et de toutes activités. On y trouve aussi bien le siège administratif national de la Poste que la PME en métallurgie de Pays de Loire, région la mieux représentée dans le pannel.

Cependant, 82% des lauréats sont des PME: «Les grosses entreprises génèrent des flux importants qui doivent être gérés pour éviter que le déchet ne devienne un surcoût insupportable et ces volumes intéressent par ailleurs les collecteurs, assure Pierre-Olivier Viac. Pour les entreprises de moins de 50 salariés, les volumes sont plus faibles et la collecte plus difficile. La gestion est donc moins professionnelle et se résume souvent à un dépôt à la déchèterie de la commune moyennant paiement du service.» Les lauréats vont bénéficier pendant deux ans du concours de l'accompagnement d'un professionnel. Celui-ci sera chargé d'un diagnostic initial, puis d'un plan d'action et enfin d'un bilan final. Ces trois rapports devront être remis à l'Ademe afin d'en retirer des enseignements reproductibles. Les chargés de mission seront également chargés de calculer les bénéfices issus d'une meilleure gestion des flux de déchets. On estime en effet que le cout de la gestion actuelle des 600 millions de tonnes de déchets générés par les entreprises représente de 3 à 5% de leur chiffre d'affaires.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus