10 propositions pour sauver la Grande bleue

Le 28 juin 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

«A l’horizon 2030, il faut craindre de franchir un point de non-retour.» Avec l’action combinée des polluants et du réchauffement climatique, «la situation de la Méditerranée pourrait devenir très inquiétante», s’alarme le sénateur Roland Courteau, membre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opcest).

Le sénateur de l’Aude a présenté aujourd’hui 22 juin les conclusions d’un rapport sur l’état de la pollution en Méditerranée et sur les perspectives à l’horizon 2030. Au total, 200 scientifiques ont été auditionnés, la mission s’est déplacée dans de nombreux pays (Grèce, Tunisie, Malte, Turquie, etc.) pour réaliser ce rapport qui propose ainsi 10 solutions pour sauver la mer Méditerranée.

145 millions de personnes vivent sur ses rives. Une mer semi fermée et particulièrement fragile puisqu’elle lui faut un siècle pour se renouveler entièrement. La pression démographique est particulièrement importante sur les rives Sud et Est et selon les estimations la population pourrait bien y doubler d’ici 2030. 275 millions de touristes viennent chaque année se baigner dans ses eaux bleues, soit 31% du tourisme mondial.

Le rapport continue le bilan. Ainsi, 80% de la pollution maritime serait d’origine terrestre. Avec les pesticides et les engrais issus de l’agriculture, les antibiotiques utilisés en aquaculture, plus toutes les pollutions passées dues aux PCB, aux métaux lourds et autres polluants organiques persistants, la Méditerranée est exposée à un cocktail de produits chimiques dont le devenir dans le milieu naturel est très mal connu. Le sénateur s’inquiète également des pollutions émergentes liées à la présence de médicaments et aux produits vétérinaires. En outre, Roland Courteau insiste sur le fait que les grands fonds n’ont été que très peu explorés et que les mécanismes de transfert de polluants d’un milieu à un autre sont mal compris.

Sur la rive Sud, ce sont surtout les nitrates et les phosphates qui posent problème. D’autant plus que sur cette côte, 44% des villes de plus de 10.000 habitants ne possèdent pas de station de traitement des eaux usées, sauf la Tunisie qui en a construit une centaine sur son rivage. Le Maroc n’en possède que trois sur la côte. Sur la rive Nord, rares sont les villes qui ne sont pas reliées à un système de traitement. Seules 11% des villes de plus de 100.000 habitants, en fait.

Autre élément qui impacte l’écosystème méditerranéen: le trafic maritime. Il compte pour un tiers du trafic mondial et a augmenté de 58% en quelques années. Le sénateur de l’Aude a souligné dans sa présentation le gigantisme de certains bateaux qui font plus de 400 mètres de long et peuvent transporter 20.000 mètres cubes de carburant, soit le chargement de l’Erika. Ainsi, entre 100.000 et 200.000 tonnes d’hydrocarbures ou de résidus sont déversés en Méditerranée chaque année. Et les Etats riverains ont bien du mal à verbaliser les «bateaux voyous». La France, qui a mis en place à partir de 2003 une zone de protection écologique de ses côtes, a vu le nombre de rapports de déversements illicites chuter de 70%.

Le sénateur a beaucoup insisté sur le problème des déchets et notamment des sacs plastique. Il redoute une «polymérisation» de la Méditerranée. Parmi les macro-déchets retrouvés en mer, les scientifiques ont recensé des filtres de cigarette, des sacs plastique et des plastiques. Ces derniers constituent 60 à 80% des déchets en mer. Quant aux sacs, ils se dégradent et se délitent. Les polluants viennent se coller sur les fragments que beaucoup de poissons prennent pour du plancton, et donc les ingèrent. «Ce problème environnemental pourrait bien se transformer en problème sanitaire puisqu’en bout de chaine, c’est nous qui mangeons le poisson», commente Roland Courteau. «Il s’agit d’une véritable bombe à retardement écologique.»

Autre problème qui touche la Grande bleue, les espèces invasives ont augmenté de 350% en 15 ans et cela à cause de l’ouverture du canal de Suez et aussi de la croissance du transport maritime. Ces envahisseurs prennent la place d’espèces endémiques.

En matière de gouvernance, le sénateur félicite le travail réalisé par l’Union européenne, mais c’est un travail qui reste partiel puisque de nombreux pays méditerranéen ne font pas partie de l’Union. Quant à l’Union pour la Méditerranée (UPM) mise en place par Nicolas Sarkozy en 2008, «le dispositif est intelligent», souligne le sénateur «mais il ne fonctionne pas!». Aucune réunion n’a été organisée en 2010.
Du côté de la recherche scientifique, selon le sénateur de l’Aude, «l’absence de vision et d’action concertée» n’aide pas à mieux comprendre les véritables enjeux. La démographie sur la rive Sud va exploser (+41% d’ici 2025-2030) alors qu’elle devrait rester stable sur la rive Nord. «Sur la rive Sud, les gens construisent n’importe où, même dans les cimetières», commente le sénateur. Le tourisme devrait augmenter de 50% d’ici 2030; l’eau douce se raréfier et les eaux marines s’acidifier en raison de l’augmentation des températures, ce qui pourrait bouleverser le sens des courants. Enfin, 64 plates-formes pétrolières seraient en exploitation en Méditerranée, essentiellement dans les eaux tunisiennes, italiennes et égyptiennes. «Mais on ne connaît pas l’âge de ces plates-formes ni leur état», précise Roland Courteau.
 
Parmi les propositions faites par le rapporteur de la mission: la création d’une agence de protection de l’environnement agissant aux cotés de l’Union pour la Méditerranée. Il espère aussi réactiver la recherche et notamment la collaboration entre les différents instituts existants sur le pourtour méditerranéen. Il souhaite aussi peser sur le 8e programme-cadre européen de recherche pour que des programmes sur les effets de la pollution et du réchauffement climatique soient initiés. Autres mesures souhaitées: l’amélioration de la lutte contre les rejets illicites d’hydrocarbures grâce à une meilleure couverture de la mer par imagerie satellitaire. «Il faut mettre fin à l’inégalité des sanctions. Un navire lituanien, par exemple, peut demander à être jugé dans son pays où les pénalités sont bien moindres
 
Enfin, le sénateur désire réactiver la création d’aires maritimes protégées. La France n’en possède qu’une pour l’instant -celle de Porquerolles- et 2 sont en voie de création (celle de la côte Vermeille et du parc des Calanques). Au total, il en existe 24 en Méditerranée. «Mais beaucoup sont des aires protégées de papier.» Elle n’ont de protégé que le nom. Selon le Grenelle de l’environnement, 10% des eaux territoriales devraient être définies en tant que zones marines protégées.
A noter, ce rapport ne devrait pas rester confidentiel puisqu’il sera traduit en anglais, en allemand et espagnol et diffusé largement, notamment au commissaire européen à l’environnement, Janez Potocnik et à Henri Guaino qui a pris la tête de l'Union pour la Méditerranée.
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus