10 kg de déchets en moins par habitant en IDF

Le 23 janvier 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un Francilien produit en moyenne 454 kilogrammes de déchets
Un Francilien produit en moyenne 454 kilogrammes de déchets

La production francilienne de déchets a perdu 10 kilogrammes par personne en 2015 par rapport à l’année précédente, selon le rapport annuel publié le 22 janvier par l’Observatoire régional des déchets d’Ile-de-France (Ordif).

La production de déchets ménagers et assimilés poursuit son déclin en Ile-de-France. Elle a représenté 5,48 millions de tonnes en 2015, soit 454 kg/hab en moyenne contre 464 kg/hab en 2014.

 

Moins d’ordures résiduelles

Cette baisse est due aux ordures ménagères résiduelles (OMR), qui ne représentent plus que 289 kg/hab, en réduction de 4,6 kg/hab par rapport à 2014.

De leur côté, les déchets recyclables totalisent 35 kg d’emballages et de papiers, 20 kg de verre, et 500 g de biodéchets. Ce qui aboutit à un faible taux de recyclage et de compostage (27%[1]), en comparaison avec le taux d’incinération (60%). 8% des déchets ont été stockés et 5% ont rejoint la filière des déchets de déconstruction.

 

110 kg de déchets occasionnels

Enfin, les déchets occasionnels (collecte en porte-à-porte et apports en déchetteries) ont pesé 110 kg/hab (49 kg d’encombrants, 28 kg de déchets verts et 23 kg de déchets de construction et démolition). L’Ile-de-France reste mal équipée en déchetteries, avec 174 installations sur son territoire. Soit une pour 69.000 habitants, contre une pour 14.000 personnes, en moyenne, en France.

La Seine-et-Marne enregistre le recul le plus fort des DMA (-7 kg), devant les Hauts-de-Seine et le Val d’Oise (-6 kg).

 

Crise et prévention

Selon l’Ordif, ces chiffres sont le résultat des politiques de prévention basées sur des campagnes de sensibilisation. Celles-ci ont favorisé «une prise de conscience des Franciliens sur la nécessité de mieux consommer et de moins jeter». Il ne faut pas pour autant oublier l’effet de la crise économique, qui a déclenché une baisse des DMA depuis 2008.

Les efforts doivent se poursuivre. Alors que la loi sur la transition énergétique vise 10% de DMA en moins entre 2010 et 2020, la région Ile-de-France a, pour l’heure, enregistré une baisse de 4,4% entre 2010 et 2015.



[1] Il s’agit des tonnages envoyés en centres de tri. Mais le taux de recyclage réel n’est que de 22%, souligne l’Ordif.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus