10.000 hectares de forêts sauvés en Tanzanie

Le 21 juillet 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Programme des Nations-unies pour le développement (Pnud) se réjouit d’une bonne nouvelle dans un communiqué du 20 juillet. Un projet conduit depuis plus de 7 ans a sauvé plusieurs milliers d’hectares de terres forestières fragiles dans les montagnes du nord-est de la Tanzanie.

Le projet « pour les montagnes de l’Arc oriental », a été financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et mené en collaboration avec le gouvernement tanzanien, des organisations non gouvernementales, des institutions académiques et des administrations villageoises. «  Environ 70% des terres forestières exceptionnellement riches de l’Arc oriental avaient été détruites, à cause, entre autres, des cultures itinérantes et de la récolte du bois », précise le Pnud. «  Il ne restait qu’à peu près 5.400 km² de forêt sur des montagnes dont l’aire totale couvre 23.000 km² ». Une étude indépendante a étudié le projet et a conclu qu’au moins 10.000 hectares de forêt avaient échappé à la destruction, ce qui correspond à une réduction de 10% du taux de recul forestier.

Dans le cadre de ce projet, une stratégie qui doit être mise en œuvre par le gouvernement de Tanzanie prévoit que jusqu’en 2017, priorité devra être accordée à certaines mesures. Le Pnud énumère «  le contrôle des feux de forêt, la protection effective des réserves, la lutte contre l’exploitation forestière ou minière illégale, le braconnage et le pâturage, la création de sources alternatives de combustible, et la sensibilisation à l’importance de la conservation de la nature ».

Les habitants des villages de la région ont été formés à des nouvelles méthodes de culture et d’élevage, comme par exemple la culture «  en suivant les courbes de niveaux » , un système de plantation linéaire sur les pentes et collines qui réduit l’érosion des sols et en améliore la fertilité.

Grâce à ces bons résultats, la Tanzanie a pu obtenir des fonds spéciaux au titre d’un programme international relatif aux changements climatiques qui vise à réduire les émissions de carbone dues à la dégradation des forêts. La région espère être reconnue comme site du patrimoine mondial par l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus