1 plage sur 10 risque d’être interdite à la baignade en 2015

Le 10 juillet 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pour la troisième année consécutive, Surfrider Foundation Europe fait de «l’environnement-fiction». Si la directive européenne relative à la qualité des eaux de baignade (1) était appliquée dès aujourd’hui, 27% des plages françaises seraient déclassées, dont 171 fermées, selon un rapport publié mercredi 8 juillet par l’association -laquellea passé au crible les 90.000 données sanitaires de 1.970 plages du pays.

Il ne reste plus que 6 ans avant l’application de cette directive adoptée en 2006, qui entrera donc en vigueur en 2015, et le rapport démontre l’urgence des travaux nécessaires au maintien de l’ouverture des plages. «Les bons résultats obtenus cette année avec la directive actuelle ne doivent pas nous faire oublier tous les efforts qu’il reste à entreprendre pour être aux normes de la nouvelle directive», indique Surfrider.

Le 10 juin dernier, la Commission européenne et l’Agence européenne pour l’environnement publiaient en effet leur rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade dans l’UE, indiquant qu’en 2008, 96% des zones de baignade en zones côtières étaient conformes aux normes européennes. Ce ne sera plus le cas avec l’entrée en vigueur de la nouvelle directive, qui impose des valeurs-seuils plus strictes en matière de pollution bactériologique.

Le rapport de simulation publié l’an dernier par Surfrider, portant sur 1.600 plages, concluait que 22% d’entre elles seraient susceptibles d’être déclassées en 2015 (2).

(1) Directive 2006/7 du Parlement européen et du Conseil, du 15 février 2006, concernant la gestion de la qualité des eaux de baignade et abrogeant la directive 76/160
(2) Dans le JDLE «Une plage française sur dix serait ‘de qualité insuffisante’»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus